Pièges à clics, putaclics

« Les 5 raisons qui… », « Vous n’en croirez pas vos yeux » ou « Ce qu’a fait cet homme est incroyable » sont des titres que l’on voit souvent sur le web. Au cours de cet atelier, nous allons essayer de comprendre pourquoi ces pièges à clics sont créés et comment les repérer. On va même en construire ensemble !

Certains médias cherchent à attirer leurs lecteurs, souvent avec des titres racoleurs voire mensongers afin de générer le maximum de passage sur leurs sites (pour un site dont le modèle économique repose sur la publicité, c’est primordial. Plus il y a de passage sur son site, plus l’annonceur doit payer cher pour y faire figurer sa publicité). On appelle ça des titres « piège à clic » ou plus vulgairement « putaclics ».
On croise le plus souvent ce genre de titres sur les réseaux sociaux. L’objectif est d’amener les internautes à cliquer sur le titre exceptionnel pour trouver la réponse. Devant ce phénomène, même Facebook a décidé de durcir le ton et a mis en place des mesures pour filtrer ce genre d’articles.
On n’est pas plus bêtes que Facebook, on va donc apprendre à repérer les pièges à clics.

Etape 1 : Composer des titres pièges à clics

Pour bien déconstruire les titres racoleurs il faut apprendre à les construire. Proposez un premier jeu aux participants : ils vont créer leurs propres titres pièges à clics ! Écrivez les expressions ci dessous sur des posts-it. Une couleur de post-it par groupe de mots.

Post-it « Début »

  • Dingo dingo…
  • Magique !
  • Insolite :
  • Au départ, tout semblait normal,
  • Vous n’allez pas en revenir !
  • Vous n’allez pas en croire vos yeux :

Post-it « personnages »

  • une mère de famille
  • Ce photographe
  • un adorable chaton
  • ce panda
  • cet homme
  • George Lucas
  • un vieil homme
  • la reine d’Angleterre
  • cet enfant
  • sa petite amie
  • une ancienne star de la télé réalité

Post-it « action »

  • a dansé sur
  • a assassiné
  • glisse sur
  • reproduit à l’identique
  • a embrassé
  • a découvert
  • s’enferme avec
  • s’est fait tatouer*

Post-it « deuxième action »

  • en reprenant le thème de Game of Thrones.
  • pour vaincre sa timidité.
  • en fixant son reflet dans un miroir.
  • en creusant au fond de sa cave.
  • au milieu d’un supermarché.
  • en slip Kangourou
  • dans le métro

Post-it « Fin »

  • Pur génie !
  • On vous explique pourquoi !
  • Ces photos vous réchaufferont le cœur…
  • C’est troublant, et un peu inquiétant aussi…
  • Et voici 14 choses qui le prouvent !

Pour créer des titres piège à clic, il vous suffit de mettre bout à bout les éléments suivants :

  • Un post-it début
  • + un post-it personnage
  • + un post-it action
  • + un post-it personnage
  • + un post-it deuxième action
  • + un post-it fin.

Ce qui peut donner au hasard :

Vous n’allez pas en revenir ! une mère de famille a découvert George Lucas au milieu d’un supermarché. Ces photos vous réchaufferont le cœur…

Étape 2 : Trouvez ce qui se cache derrière les titres

Après avoir intégré la mécanique des titres racoleurs, montrez de vrais titres. Le blog ajustetitre répertorie depuis 2011 les titres les plus insolites de la presse.

Présentez 3 ou 4 titres issus de ce site, par exemple :

Demandez aux participants d’imaginer ce qui se cache derrière ces titres. Vous pouvez faire votre propre sélection, le blog ajustetitre est une vraie mine d’or !

Étape 3 : Écrire ses propres titres

Vous allez maintenant faire l’inverse. Vous allez prendre des articles de faits divers, qui ne sont pas forcément des scoops, et vous allez leur demander de faire preuve d’imagination pour faire en sorte de sortir le meilleur titre piège à clics possible.

Distribuez ces articles aux participants. Imprimez les ou envoyez leur par Internet. Masquez les titres si possible.

Ouverture

Faites un bilan de l’atelier :

  • vous savez désormais comment créer et reconnaître des titres racoleurs ;
  • vous savez également pourquoi ceux-ci sont créés ;
  • vous savez enfin que les articles derrière ces titres sont bien souvent extrêmement indigents.

Expliquez que reconnaître des pièges à clics et ne pas favoriser leur circulation par exemple (en ne les relayant pas sur Facebook ou autre) est un acte citoyen. Une longue enquête menée par le New-York Times en 2016 a révélé que plus de 44% des internautes américains s’informaient uniquement à partir de Facebook. Une situation inquiétante notamment en raison de certaines fausses rumeurs qui pullulent aisément via des « pièges-à-clics » qui peuvent avoir un effet immédiat sur les préférences politiques des abonnés du réseau social.

Enfin un bon moyen de démonter les pièges à clics est de suivre le compte Twitter « un clic de moins » https://twitter.com/clicdemoins qui résume en 240 caractères la plupart des articles piège à clics.

Les voyageurs du numérique

Ces ateliers clés en main ont été réalisés en partenariat avec Bibliothèques Sans Frontières et le site des voyageurs du numérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.