Fake news et autres manipulations de l’information

Les voyageurs du numérique

Ces ateliers clés en main ont été réalisés en partenariat avec Bibliothèques Sans Frontières et le site des voyageurs du numérique.

Des Fakenews, il y en a partout. Mais qu’est-ce vraiment qu’une fakenews et comment les reconnaître ?

Étape 1 : introduction

Fakenews, faits alternatifs, erratum, post-vérité, intox… entre tous ces mots on s’y perd. Demandez aux participants une définition de fakenews ainsi que quelques exemples de fakenews qu’ils auraient pu entendre.
Après ce premier état des lieux, proposez cette classification : fakenews est un mot valise qui regroupe plusieurs choses . Ce peut être :

    • Une fausse information : ou « infox ». Une information qui vise à défavoriser un parti politique, à entacher la réputation d’une personnalité ou d’une entreprise, ou à contrer une vérité scientifique établie
    • Une information « orientée », biaisée : une information vraie mais présentée de telle manière qu’elle est interprétée dans un sens qui arrange l’éditeur
    • Une information fausse destinée à générer du clic (voir à ce sujet la fiche « piège à clics)
  • Un canular : imposture d’ordre comique perpétrée dans l’intention de tromper ou de faire réagir celui qui en est la cible.

Dessinez au tableau cette classification. Tracez quatre colonnes et donnez pour en tête à chaque colonne les termes ci-dessus.
Ce tableau vous servira pour le quizz que vous allez lancez maintenant.

Étape 2 : Quizz

Organisez le groupe en plusieurs équipes. Vous allez projeter des images, des vidéos de comptes de réseaux sociaux et les groupes devront dire s’il s’agit d’une vraie information, d’une infox (fake news), d’un piège à clics, d’une information orientée ou d’un canular ? Posez la question, laissez -les débattre un peu puis donnez la réponse avec l’explication après chaque question. Vous classerez alors dans le tableau dessiné au préalable chaque fake news du quizz.

Question 1

Projetez cette image et donnez l’explication suivante : sous la mandature de François Hollande, cette photo de pilote d’avion a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux. Fakenews ou pas ? Ou plutôt : canular, fausse information, publication orientée, piège à clics ?

Réponse : cette photo est un faux. Elle a été retouchée pour laisser croire qu’un pilote de l’armée française protestait contre le président de la République de l’époque. En faisant une recherche sur le site de recherche inversée Tineye https://tineye.com/ on retrouve facilement la photo originale et même la vidéo dont a été tirée la photo : celle d’un pilote américain filmant un message à destination de son frère pour son mariage http://www.spi0n.com/un-message-de-mariage-dun-pilote-de-chasse/

Question 2

Cet article du site Sputnik Une jeune fille retrouve l’ouïe grâce à une oreille implantée… sur son bras https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201805121036329884-operation-chirurgie-oreille/

Vraie information, infox, piège à clics, information orientée ou canular ?

Donnez quelques éléments de réponses aux groupes : Sputnik est une agence de presse multimédia internationale lancée officiellement par le gouvernement russe en 2014. Cette agence dépendant de l’État russe se propose d’apporter « un regard russe sur l’actualité ».

Réponse : nous sommes typiquement ici dans un cas d’information orientée. Le titre, racoleur, ne reflète pas le contenu de l’article. Si on lit l’article en entier on apprend en effet qu’aux États-Unis une jeune fille a recouvré l’ouïe mais contrairement à ce que le titre laisse supposer, ce n’est pas en lui implantant une oreille dans le bras. Son oreille lui a été implantée au bon endroit, mais en effet, pour faire prendre la greffe, du cartilage a été au préalable implanté dans son bras afin que les vaisseaux sanguins repoussent. En lisant le titre de l’article on a l’impression que la jeune fille a désormais une oreille implantée dans le bras et ressemble à un espèce de monstre.

Posez la question aux participants : « à votre avis, quel est l’intérêt de Sputnik de titrer ainsi cet article ? ». Plusieurs hypothèses : – faire du clic, on est tout à fait dans un titre piège à clic (cf atelier piège à clics) – dégrader l’image des États-Unis, ce pays monstrueux où on implante des oreilles dans les bras. Probablement un peu des deux. En tout cas l’information est clairement orientée

Question 3

Pendant la dernière campagne électorale qui a vu Donald Trump être élu président des États-Unis d’Amérique, Le Burrard Street Journal a publié cette information :

President Obama Confirms He Will Refuse To Leave Office If Trump Is Elected

https://www.burrardstreetjournal.com/obama-refusing-to-leave-if-trump-elected/.

Vraie information, infox, piège à clics, information orientée ou canular ?

Évidemment, on sait désormais que c’est faux. C’est un canular. Le Burrard Street Journal est un journal satyrique canadien basé à Vancouver. Cependant de nombreuses publications de ce journal ont été prises comme vraies pendant la campagne.

Question 4

À l’époque du débat sur la loi sur mariage pour tous, lors du débat sur la procréation médicalement assistée, Christine Boutin, femme politique fermement opposée au mariage pour tous, a repris les mots du gouvernement pour le discréditer :

Le gouvernement refuse de parler de « recul » mais de « stratégie provisoire d’avancement à potentialité différée

cf vidéo Christine Boutin sur youtube https://www.youtube.com/watch?v=2-8JF5Nejo8

Vraie information, infox, piège à clics, information orientée ou canular ?

La phrase est tellement alambiquée qu’elle est incompréhensible. C’est un canular dans lequel Christine Boutin est tombée. Elle a repris cette soit disant formule officielle du gouvernement de l’époque en direct sur BFM TV pour insister sur les hésitations dudit gouvernement et s’est couverte de ridicule. C’est bel et bien le Gorafi (journal satyrique français) qui a publié ce canular. https://twitter.com/le_gorafi/status/430389660960194560. Même les hommes et femmes politiques se font piéger. Les canulars sont trompeurs.

Question 5

Les journaux papiers publient régulièrement des erratum. Affichez cet article du Monde (un vieil erratum de … 1980) : « Dans la carte des abstentions du 5 mai 1974 publiée dans nos dernières éditions (le Monde du 28 avril, page 5), les deux départements de la Corse devraient figurer dans la tranche des plus de 20 %. » peut-on lire sur cet article du monde https://www.lemonde.fr/archives/article/1981/04/29/bull-erratum_2733482_1819218.html

Vraie information, infox, piège à clics, information orientée ou canular ?

Réponse : comme le titre l’indique, c’est un erratum, c’est à dire que l’article comportait une erreur involontaire. Celle-ci a été modifiée par la suite. Les médias font des erreurs régulièrement mais les corrigent avec ce qu’on appelle des erratum. Il y en a des centaines : https://www.google.com/search?q=site:lemonde.fr+erratum&hl=fr&ei=aSvsW7WlG8WOlwT7_o6gCQ&start=20&sa=N&ved=0ahUKEwj1_abLhtTeAhVFx4UKHXu_A5Q4ChDw0wMIVg&biw=1680&bih=921

Pour aller plus loin

Ouvrez le débat et demandez aux participants si avant la campagne les fake news existaient. N’ont-ils jamais entendu parler de fausses informations auparavant ? Les fakenews sont-elles vraiment un phénomène nouveau ? (voir le jeu vidéo Voyageurs du Temps créé par un volontaire en service civique VDN)

Commencez par donner quelques « vieux » exemples de fake news et demandez aux participants d’en donner à leur tour.

Parmi les exemples il y a les bons vieux hoax dont vous pouvez obtenir un échantillon sur Hoax Buster http://www.hoaxbuster.com/, un site spécialisé dans la vérification de hoax. Un Hoax est une rumeur ou un canular circulant sur Internet. Avant l’apparition des réseaux sociaux, ceux-ci circulaient beaucoup par mail. À son lancement, Hoax Buster traquait principalement les canulars dans des chaînes d’e-mails. Depuis sa création, son activité n’a cessé d’augmenter, notamment avec l’émergence des réseaux sociaux.

Attention, lancer une discussion sur ce sujet peut être extrêmement intéressant mais aussi un peu « casse gueule ». Selon l’âge des participants vous pouvez facilement basculer dans les discussions complotistes et conspirationnistes. Dans ce cas ne niez pas formellement les théories, ça ne fera pas avancer la discussion. Demandez plutôt à ceux qui pensent qu’elles existent de l’expliquer, de chercher d’où vient cette théorie, qui l’a lancée, quel peut être l’intérêt de la personne à l’origine de cette théorie. Ce peut être un bon lien avec l’atelier fact-checking.

Conclusion

Expliquez qu’il est important de savoir ce qui se cache derrière le terme fourre-tout fakenews. C’est un enjeu politique et démocratique. Aux États-Unis, tout ce qui ne va pas dans le sens du président Trump est qualifié par ce dernier de fakenews. D’ailleurs c’est à lui qu’on doit la popularisation de cette expression. En France, ce terme est désormais largement utilisé par les cercles d’extrême droite. Il est donc important de connaître les multiples facettes recouvertes par ce terme pour comprendre et combattre la désinformation.

Ouverture

Pour approfondir cette activité, vous pouvez consulter les fiches suivantes (elles sont mentionnées lors de chaque question afin que vous puissiez les introduire en fin d’atelier et faire un rappel sur le contexte)

 

Cette fiche est publiée sous licence CC BY SA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.